Toxine Botulique

Traitement des rides du visage par la toxine botulique

Botox
La toxine botulique est une substance excrétée par une bactérie. En médecine, elle peut être injectée localement dans des muscles afin de provoquer une paralysie temporaire. Sa fiabilité, mise à l’épreuve depuis plus de 40 ans notamment en ophtalmologie et en neurologie, est utilisée en médecine esthétique depuis les années 1990 pour atténuer les rides d’expression au niveau du visage.

 
 
 
 

Demandez un rendez-vous

 

Indications

L’injection de toxine botulique permet d’atténuer la ride du lion située entre les deux yeux, les rides frontales, les pattes d’oie au coin des yeux, les plis d’amertume au coin de la bouche.

Bénéfices

Les rides d’expression liées aux contractions musculaires du visage sont lissées.

Résultats

Les résultats sont visibles après quatre jours et durent 4 à 6 mois. Après plusieurs années de traitement régulier, les rides peuvent disparaître pendant 6 mois à un an.

Déroulement du traitement

La toxine botulique est injectée directement dans les muscles impliqués au moyen d’une aiguille fine.

Que faire avant le traitement?

Un diagnostic personnalisé est établi lors du premier rendez-vous. Une heure avant le traitement, selon le niveau de sensibilité individuelle, une crème anesthésiante peut être appliquée par le personnel soignant ou par le patient sur la zone à traiter.

Que faire après le traitement?

La reprise des activités est immédiate. Les éventuels hématomes ou rougeurs sont passagers. La molécule étant sensible à la chaleur, on s’abstiendra pendant les premières 48 heures de toute chaleur extrême, tel le sauna et le hammam. L’exposition solaire est également déconseillée, les massages et frottements sont à éviter sur la zone traitée pendant ce laps de temps. Un délai de 2 mois est nécessaire entre deux séances afin d’éviter la production d’anticorps par l’organisme.

Complications

Les effets indésirables, tels la ptôse des paupières supérieures ou le regard « méphistophélique », sont toujours réversibles. Ils peuvent faire l’objet d’une injection de retouche, mais sont le plus souvent régressifs